Derniere Edition - Prix 0,00 euros - Journal citoyen avec un numero de sirene 0800225225 code frida - et des autres numeros a l'ISBNana, R.C.Lens, RNIS et des Commissions paretages.

Archive for the ‘Non classé’ Category


Paru sur Agoravox par Caleb Irri

Puisqu’il existe désormais 2 catégories de citoyens en France, je voudrais m’adresser ici aux Bons Citoyens que sont les Vaccinés.

Les raisons qui vous ont poussé à vous faire vacciner sont louables et il faut que vous sachiez que la majorité de ceux que la propagande fait appeler « anti-vax » sont pour la plupart des gens qui n’ont rien contre la vaccination en elle-même, ni souvent même contre ce vaccin-ci. Leur problème à vrai dire n’est souvent même pas d’ordre sanitaire : par exemple je me serais sans doute pour ma part fait vacciner si le 12 juillet le président n’avait pas décidé de me contraindre à la vaccination par un chantage que je considère inadmissible en tant que citoyen libre de ce pays et disposant donc de celle-ci pour faire un CHOIX. Mon corps m’appartient, je possède des droits imprescriptibles mais aucun autre devoir que ceux que je m’impose à moi même ; car je suis libre. Par conséquent je refuse d’accepter de me soumettre au premier sifflement du maître, et quand bien même je devrais le regretter amèrement ou en mourir, ce sera de ma propre volonté.

Maintenant si vous regardez bien, vous verrez que si le gouvernement dit vouloir n’emmerder que les non-vaccinés (les mauvais citoyens)vous constaterez qu’il vous emmerde vous aussi bien comme il faut, et pas qu’un peu : après nous avoir demandé d’abdiquer notre liberté et nos droits à l’occasion du Covid pour éviter le chaos, le gouvernement a ensuite décidé de conditionner leur retour à notre soumission. D’abord à une dose, puis à deux, puis avec un test, puis 6 mois, puis 3, puis sans danser, assis, pas boire… Vous vous êtes tous soumis de plus ou moins bonne grâce mais vous vous êtes soumis. on vous a dit que c’était pour sauver des vies, par solidarité, alors vous l’avez fait (même si pour beaucoup d’entre vous pardon mais c’était surtout pour aller boire un coup car la solidarité en temps normal hein…). Mais admettons. C’est sans doute même pour certains l’occasion de détester enfin et librement et avec bonne conscience toute une partie de la population sans passer ni pour un raciste ni pour une mauvaise personne !

Aujourd’hui vous croyez être du bon côté, et peut-être même ne vous interrogez-vous pas de savoir pourquoi, malgré le pass sanitaire, le virus diffuse quand même. Mais si vous vous demandez pourquoi le gouvernement ne va pas plus loin en terme de mesures de protection, c’est qu’il ne veut pas que vous compreniez que vous avez donné votre liberté pour un résultat nul ou quasi puisqu’on se retrouve malgré ce pass dans à peu près la même situation que les autres pays semblables n’ayant pas appliqué le pass.
AU lieu d’assouvir votre colère sur les non-vaccinés, vous devriez être en colère contre un gouvernement qui pour une population de 67 millions d’habitants voit son système hospitalier débordé avec 3500 lits occupés de réanimation. Comment ne pas voir que ce n’est pas en emmerdant TOUS les Français que ça augmentera les capacités hospitalières disponibles, tout en dépensant 60 millions d’euros par mois juste pour contrôler les pass de 90% de gens qui l’ont ?

Il est certain que les équipes de nudging du gouvernement sont au moins aussi compétentes que les équipes de « relations publiques » des décennies précédentes et il est presque logique que vous soyez tombés dans le panneau. Mais je ne vous cache pas ma déception personnelle et le choc qu’a été pour moi de découvrir à quelle vitesse et comment, sans aucune résistance ou presque, la grande majorité de la population a laissé ce gouvernement détruire l’Etat de Droit, piétiner les Institutions, la devise de la France, la Constitution, les Droits de l’Homme et du Citoyen… sans broncher. J’ai enfin compris comment et pourquoi la France n’avait été ni la résistante dont je rêvais, ni la révolutionnaire fantasmée des livres d’Histoire.

Mais aujourd’hui vous avez tous entendu les paroles de Macron. Il vous dénonce clairement un ennemi, le non-vacciné. Sous-citoyen, mauvais citoyen ou comme vous voudrez l’appeler. Et il faut les emmerder non pas pour des raison sanitaires mais pour ce qu’ils sont en réalité : des opposants politiques.
Est désormais appelé « anti-vax » toute personne qui refuse de se soumettre à l’autoritarisme de ce gouvernement et qui veulent exposer au grand jour le changement majeur de paradigme que tente de réaliser le chef de l’Etat et ses équipes : mettre les devoirs avant les droits. Ce qui signifie en réalité la FIN de ces droits.
Pour le moment vous pensez être du bon côté de la barrière mais attendez-vous à ce qu’après la 4ème dose il y aura toujours quelque chose d’autre. Et quand ce ne sera plus la crise sanitaire ce sera la crise climatique, économique ou que sais-je encore ?

Vous devriez savoir qu’une liberté, un droit, ça ne se prend pas. Mais ça se donne. Seuls les dictateurs veulent faire croire le contraire, afin que vous leur donniez la vôtre, en échange de sa protection contre un danger qui menace vos libertés. Seulement le véritable danger c’est justement la protection qu’il vous promet en échange de votre liberté.

En réalité nous ne nous battons pas pour nous, car nous avons repris notre liberté, et le président peut menacer tant qu’il veut : il ne pourra pas venir chez moi me vacciner de force. Sauf à assumer la violence et même alors le choix existe encore.
Mais regardez bien la situation : avec le pass vaccinal c’est bien vous qui serez contrôlé à chaque fois, entouré de barrières et surveillé par des vigiles, assis mais pas debout, une autorisation pour boire ou manger, et des restrictions absurdes et continues…. lorsqu’on vous a dit que c’était pour sauver des vies et qu’on vous répliquait que le pass n’empêchait pas la contamination, vous acceptiez les règles OK ; mais aujourd’hui que même le président, que le président du conseil scientifique et le ministre de la santé ont tous avoué l’inefficacité sanitaire du pass d’une part et la volonté réelle de cette vexation d’une autre, comment faites-vous pour accepter encore cela ? Ne me sortez pas l’argument selon lequel la contrainte fonctionne puisque pour obtenir au bâton un comportement qu’on ne atteindre autrement quand les soutiens du président vous disent que l’individu doit s’effacer devant l’esprit collectif de la Nation, est-ce vraiment ce modèle de civilisation que vous avez choisi, le contrôle social et le sacrifice de l’individu pour la communauté ? Savez-vous ce que cela signifie vraiment ?

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Paru sur Agoravox par Pierre Chazal JPEG

Pour qui aura vu le film La Chasse du danois Thomas Vinterberg, sorti en 2012, nul besoin de rappeler le synopsis : Lucas, un auxiliaire de jardin d’enfants, est du jour au lendemain accusé de pédophilie sur seule foi du témoignage (mensonger) d’une fillette qui s’était prise d’affection pour lui. L’accusation lui colle comme une seconde peau et la rumeur se répand comme une traînée de poudre dans la communauté qui lui fera vivre l’enfer et l’ostracisera tel un pestiféré. Ses anciens camarades se détournent de lui, on le menace, on s’en prend à son fils, on lui interdit l’accès à certains magasins ; même quand l’enquête aura abouti au non-lieu et que de son propre aveu la fillette avouera avoir tout inventé, le venin du doute continuera à empoisonner les esprits. Dans la dernière scène, au cours d’une balade en forêt, une balle de fusil anonyme sifflera à ses oreilles, rappelant au bon Lucas que rien n’a été oublié : une fois qu’on s’est habitué à haïr, à maudire, à juger, on aurait tort d’avoir tort et de se remettre en question.

On n’en attendra pas tant des Politburos de l’Elysée et de la Commission Européenne, dont les membres ont fait vœu depuis un an de transformer le vieux continent en salon d’acupuncture. On ne s’étonnera pas davantage qu’un Jens Spahn, ministre allemand de l’Injection ARN, annonce que « chacun sera guéri, vacciné ou mort d’ici la fin de l’hiver » ; on n’en voudra pas non plus à son homologue français de nous annoncer fièrement, avec l’arrivée du tsunami Ô Micron : « Il y a peu de chance que les non-vaccinés passent cette fois entre les gouttes ». Leur allégeance et leur loyauté n’ont jamais été mises en cause, si tant est que l’on soit au clair sur la vraie nature de leur obédience. Quand on prêche la guerre sainte contre les infidèles pour les beaux yeux de la papauté, il n’est pas anormal, après tout, de voir en songe leur massacre, et il est pour tout dire assez élégant de les en avertir. Ces émissaires de la peur n’auront fait que leur devoir. Que ceux qui en réchapperont se souviennent en pleurant leurs morts de ces augures funestes, et qu’ils ne viennent pas ensuite surcharger les cimetières des corps putrides de leurs frères et sœurs antivax comme ils avaient auparavant engorgé les hôpitaux. On attend encore l’encyclique papale qui leur interdira l’accès au paradis céleste, mais on se contentera, en attendant, du savoureux débunkage par LCI de l’information lâchée par Philippe de Villiers selon laquelle 63% des décès du Covid concerneraient, en France, des personnes vaccinées :

5ème VAGUE – Philippe de Villiers affirme que sur les décès du Covid recensés par la Drees, 63% étaient des personnes vaccinées et 37% seulement des non-vaccinées. C’est vrai, mais cela ne veut pas dire que les vaccinés meurent plus de la maladie que les non-vaccinés.

C’est vrai que la Terre tourne autour du Soleil, mais ça ne veut pas dire que la Terre tourne autour du Soleil.

 

Admettons malgré tout que ces traitements par ARN messager préviennent des formes graves de façon imparfaite et surtout temporaire, à condition bien entendu de maintenir à jour son logiciel immunitaire à l’aide de rappels trimestriels. La chasse aux sorcières – rebaptisées antivax, antipass ou complotistes selon la nouvelle terminologie maccarthyste du sanitairement correct – n’a que depuis très récemment opéré son virage à 45 degrés pour concentrer ses tirs sur « l’égoïsme des non-vaccinés » coupables de sursaturer l’hôpital et de prendre la place – réservée de longue date sur Bookmyhospitalbed.com – des cancéreux et des accidentés de la route. Avant cela, qu’on s’en rappelle, le péché mortel était qu’ils prenaient la liberté de « contaminer leur prochain » à leur guise et de répandre leurs miasmes sur toutes les rampes de métro, dont un Lider Maximo plus ferme et plus responsable aurait dû depuis longtemps – comme c’est le cas en Italie – leur interdire l’usage. Qu’on en juge par ces prises de parole péremptoires de ces vizirs du sultanat covido-médiatique dont l’idée fixe et définitive, en l’absence de toute preuve scientifique et sans aucun recul sur l’efficacité de la dite « vaccination », était il n’y a pas si longtemps que les réfractaires à la piqûre constituaient par leur entêtement un essaim d’abeilles dégénérées desquelles il fallait se prémunir de toute urgence :

  • Raphaël Enthoven (philosophe et essayiste) sur le mouvement antipass, août 2021 : « C’est un mouvement liberticide. Puisqu’un monde où chacun peut contaminer l’autre est un monde où nous sommes moins libres qu’un monde où il faut présenter un pass sanitaire à l’entrée d’une boîte de nuit. Cette revendication est authentiquement liberticide »
  • Caroline Fourest (journaliste et essayiste) sur les non-vaccinés, juin 2021 : « La patience a ses limites. Si nous sommes frappés par une quatrième vague, ce ne sera ni la faute de la mère Nature ni même, pour une fois, celle du gouvernement. Mais la faute des non-vaccinés. À cause d’eux, nous risquons de perdre la course contre la montre  : monter le niveau d’immunité collective avant que le virus n’ait trop muté. »
  • Michel Onfray (philosophe et essayiste) sur les « antimasques », mai 2021 : « Je trouve très étonnant qu’un certain nombre de gens, qui sont souvent très répressifs contre la racaille, se comportent comme des racailles en disant ‘pas de masque’ ». Mais vous avez bien sûr le droit de contaminer les gens, il n’y a aucun problème, mais vous pouvez aussi quand vous avez le sida avoir des rapports sexuels non protégés avec des gens. C’est un droit allez-y ! Effectivement, vous avez une jeune fille qui vous plaît, vous avez le droit de la violer. Cette façon de concevoir que le droit de nuire est un droit, me sidère. Vous avez le droit de ne pas vous faire vacciner. Mais la société a le droit aussi de se protéger de vous. »
  • Christophe Barbier (journaliste et éditorialiste) sur le pass vaccinal, novembre 2021 : « Ce qui est une bonne solution, c’est de transformer le pass sanitaire en pass vaccinal. Si vous n’avez pas un schéma vaccinal complet, on vous retire de certaines activités sociales. On peut enfin affiner ce fameux « aller vers » en demandant à ceux qui ont les noms des non-vaccinés – les organismes, les administrations qui savent qui devrait être vacciné et qui ne l’est pas – de donner ces fichiers à des brigades, à des agents, à des équipes, qui vont aller frapper à la porte et dire « mais vous n’êtes toujours pas vacciné, c’est un problème pour vous et pour les autres ». »
  • Michel Cymes (oto-rhino-laryngologiste et animateur de télévision) sur les réfractaires au vaccin, octobre 2021 : « Quand on prend ce genre de responsabilité, celle de ne pas se faire vacciner, il faut se regarder dans la glace le matin en se disant : « oui je peux tuer des gens dans la journée ». »

 

De l’eau, depuis, a coulé sous les ponts : l’eau de la sagesse, de la prudence, du retour d’expérience qui parfois transforme les criminels en martyrs et les bienpensants d’hier en baudruches dégonflées par une simple piqûre de rappel du réel. La généticienne de 52 ans – spécialiste de l’ARN – Alexandra Henrion-Caude faisait figure de professeur Foldingue quand elle prévenait sur les plateaux que partout où l’on avait « vacciné » en masse, l’épidémie était repartie en flèche. Quelque mois après, le pays de Tartuffe, Dr. Knock et Sganarelle comptait 200 000 contaminations quotidiennes pour une couverture vaccinale de 80%. En Roumanie c’est 40% pour une moyenne de 900 cas par jour.

Le professeur Bernard La Scola, de l’IHU Marseille Méditerranée Infection, aurait bien sa petite idée sur le sujet, mais son analyse risquerait d’en froisser certains : « Il y a des chances que les vaccins soient peu ou pas efficaces contre le variant Omicron, comme ils le sont pour le variant indien. Les vaccinés organisent une pression de sélection qui va tendre à sélectionner des variants qui seront résistants aux vaccins. » C’est plus ou moins l’hypothèse d’autres escrocs de la médecine comme le professeur Luc Montagnier, prix Nobel 2008 de l’Institut Pasteur, du virologue et spécialiste de génomique Jean-Michel Claverie, du docteur en biologie Christian Vélot, mais tous ces escrocs ont un tort impardonnable en Absurdistan franc-macroniste : celui de fonder leurs prises de parole sur une expérience et une expertise de quarante ans, ce qui ne semble pas le cas des Enthoven, Fourest et autres Christophe Barbier, plus prompts à bêler au milieu des moutons qu’à travailler les sujets avant de rendre leur copie.

Au 31 décembre 2021 se confirme ce qu’on savait en vérité déjà le 30 juin de la même année pour peu qu’on s’intéresse a minima à la question : les « vaccinés » contaminent tout autant que les autres et les seules questions qui restent aujourd’hui en suspens sont celles de la prétendue relative innocuité des « vaccins » et de leur efficacité sur des nouvelles souches échappant à l’immunité vaccinale. Au Danemark, royaume où tout n’est peut-être pas encore aussi pourri qu’en France, les dernières données officielles en date donnaient le panel suivant concernant les contaminations au variant Ô Micron :

  • 8% d’infections chez les triples vaccinés
  • 5,5% d’infections chez les doubles vaccinés
  • 1,2% chez les non-vaccinés

Fort heureusement, le délire ostentatoire des tenants du Vaccinement Vôtre s’est trouvé un nouveau mirador d’où mitrailler les antivax : certes ils ne contaminent point davantage que les autres, mais ils occupent des lits et rendent fous les soignants qui n’en peuvent plus d’avoir à mettre des Toufik (CHU de Bordeaux, 24 décembre) et des Karim (CHU de Montreuil, 16 décembre) sous respirateur, eux dont certains mauvais esprits ont poussé l’indécence jusqu’à avancer qu’ils n’étaient en réalité qu’une seule et même personne. Curieusement aucun fact-checker de Libération, du Monde ou même de BFM ne s’est fendu d’un démenti, laissant cette charge à l’obscur site de réinformation Fact & Furious, inconnu jusque là au bataillon des exégètes du Net.

La seconde vague d’ostracisation n’a en tout cas pas tardé à déferler dans les médias. La palme d’or ayant d’ores et déjà été décernée à la sémillante Anastasia Colosimo (politologue et enseignante), on s’abstiendra de faire défiler la liste des autres candidats en lice pour le prix Darwin 2021. Interrogée sur l’idée de refuser l’accès aux soins aux non-vaccinées, elle s’est autorisée à déclarer les jours derniers sur LCI que « ce serait un bon moyen de sélection naturelle. » Qui sait si l’incontournable Bernard Henri-Lévy (écrivain et philosophe) s’en serait ému à en faire craquer un bouton de chemise ? Dans une tribune au Point du 17 juillet, il écrivait en préambule : « Le scepticisme vis-à-vis de la vaccination est le nouveau symptôme d’une société égoïste, fermée sur elle-même et vivant dans la peur. » En date du 18 juin, soit un bon mois avant cette saillie fracassante, le VAERS américain (Vaccine Adverse Effect Reporting System) signalait déjà :

  • 4812 décès
  • 4996 invalidités permanentes
  • 12440 hospitalisations

Voilà pour le scepticisme et l’égoïsme d’une société fermée sur elle-même et vivant dans la peur. On transmettra le message au père de Maxime Beltra, 22 ans, mort le 26 juillet neuf heures après l’administration de sa première dose de Pfizer, pour avoir officiellement mangé des cacahouètes à l’ivermectine dans une pizzeria complotiste de Sète.

On pourrait aussi demander à Pascale Pascariello (journaliste) de mener sa propre enquête ou d’interroger les comptes en banque de François-Xavier Lescure, conseiller d’Olivier Véran et soupçonné « par les réseaux sociaux » d’avoir touché cette année 5000 euros de Pfizer. Mais la fine limière de Mediapart a sans doute eu trop à faire à chercher des poux dans la tête du professeur Raoult, accusé tour à tour de falsifier des essais cliniques, de tyranniser ses troupes et de tester l’huile de vidange comme remède à la tuberculose. Rien de tout cela n’a évidemment abouti à aucun dépôt de plainte officiel, ni même à un début d’ouverture de dossier. La meute de Jagdterriers qui chassent du Didier Raoult depuis avril 2020 n’ont pour l’instant pu ramener au chenil que des nonos faisandés pleins de leur propre bave. Gibier (trop) facile à débusquer, le plus célèbre microbiologiste de France leur aura, au final, filé entre les pattes, et avec eux les dizaines de milliers de curieux abonnés à sa chaîne.

 

Si l’on accepte l’idée que toutes ces pointures de la désintelligentsia germanopratine ne sont au service de personne si ce n’est de leur égo disproportionné, reste à comprendre le mécanisme qui les pousse depuis un an à cracher leur mépris à la face des gueux qui refusent de se plier aux injonctions du pouvoir médico-légal. Peut-être ces messieurs-dames, faute de courage et d’intelligence, préfèrent-ils s’en prendre aux ronces qui encombrent leur jardin qu’à ceux qui les ont fait pousser là par leur malveillance et leur bêtise caractérisées.

Nantis de niveau 2, courtisans sans privilèges, ils ne regrettent pas tant que Sa Seigneurie impose des mesures immondes à la population qu’ils enragent d’avoir à en souffrir, eux aussi, les conséquences. Les masques dans la rue, l’interdiction de manger un sandwich dans les trains, les tests ad libitum et les menaces de couvre-feu, c’est aussi pour leur pomme et leur petit confort mondain. Si demain une guerre civile venait à éclater entre provax et antivax – deux mots dont la réalité ne dépasse pas la débilosphère des médias mainstream, ces stars du PIAF à l’esprit binaire n’auront d’autre réflexe que de se retrancher dans leur pigeonnier. Fort heureusement, si la société française a jusque là fait preuve de résilience, c’est surtout en refusant ce dressage des uns contre les autres voulu et encouragé par le pouvoir macronien. On se sera disputés, on se sera mis sur la gueule, on se sera envoyé preuves et contre-preuves à la tronche à propos de Great Reset et de complot mondial, mais les choses n’iront pas plus loin – du moins espérons-le. Quant-aux tristes sirs susnommés qui auront cru, pendant cette crise, s’être tressé des couronnes de vertu citoyenne en aboyant à tout va sur 6 millions ou plus de Lucas réfractaires au « vaccin », qu’ils sachent que c’est à la fin du film qu’on distribue les Palmes de la crétinerie et les Oscars de l’obscénité. A ce palmarès-là, leurs noms font déjà figure de têtes de liste.

 

https://www.lindependant.fr/2021/11/22/covid-19-chacun-sera-vaccine-gueri-ou-mort-dici-la-fin-de-lhiver-la-formule-choc-du-ministre-de-la-sante-allemand-9943288.php

https://www.bfmtv.com/politique/il-y-a-peu-de-chance-que-vous-passiez-cette-fois-ci-entre-les-gouttes-olivier-veran-s-adresse-aux-personnes-non-vaccinees_VN-202112290210.html

https://www.lci.fr/sante/coronavirus-pandemie-vaccin-vaccination-cinquieme-vague-63-des-morts-du-covid-19-etaient-ils-vaccines-comme-l-affirme-philippe-de-villiers-2205118.html

https://fr.sputniknews.com/20210807/un-mouvement-liberticide-raphael-enthoven-ereinte-les-manifestants-contre-le-pass-sanitaire-1045973877.html

https://www.marianne.net/agora/les-signatures-de-marianne/non-vaccines-recalcitrants-notre-patience-a-des-limites

https://putsch.media/20210531/actualites/societe/video-michel-onfray-en-remet-une-couche-sur-le-pass-sanitaire-et-la-vaccination-avec-de-curieuses-comparaisons/

https://francais.rt.com/france/92344-barbier-propose-que-brigades-aillent-frapper-porte-des-non-vaccines-pour-les-convaincre

https://www.programme-television.org/news-tv/Michel-Cymes-persiste-et-signe-Convaincre-les-antivax-c-est-perdu-d-avance-4678542

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/cartes-covid-19-206-243-cas-supplementaires-nouveau-record-ce-jeudi-le-point-par-departement-e619e180-69a0-11ec-914a-84f85425f5e9

https://eurovaccination.fr/

https://fr.sputniknews.com/20211201/pr-la-scola-le-variant-omicron-menace-le-bien-fonde-de-la-vaccination-de-masse-1053754362.html

https://aulnaycap.com/2021/12/15/martin-blachier-remarque-la-preference-domicron-pour-les-vaccines-au-danemark/

https://factandfurious.com/fact-checking/non-toufik-et-karim-ne-sont-pas-la-meme-personne-filmee-par-bfmtv-et-lafp

https://www.youtube.com/watch?v=7PXLtCyj_Dw

ttps ://www.ronjohnson.senate.gov/2021/7/helping%20people%20be%20seen,%20heard%20and%20believed%20after%20adverse%20vaccine%20reactions

https://www.lalsace.fr/sante/2021/10/28/allergie-ou-pericardite-de-quoi-est-mort-maxime-beltra-22-ans-peu-apres-son-vaccin

https://francais.rt.com/france/94199-francois-xavier-lescure-conseiller-sante-olivier-veran-pfizer

https://www.bfmtv.com/replay-emissions/bfmtvsd/pascale-pascariello-l-ihu-de-marseille-a-procede-dans-le-cadre-de-la-lutte-contre-la-tuberculose-a-des-essais-medicaux-interdits-23-10_VN-202110230239.html

Paru sur Agoravox par Caleb Irri

FC7e2qUXEAQ0MXn
Ce sera le 5 janvier 2022 : le Monarc Macron a décidé d’instaurer en France un Apartheid fondé sur un Pass Vaccinal et dans lequel 2 catégories de citoyens n’ayant pas les mêmes droits se feront face : les sous-citoyens ainsi créés n’auront donc plus droit aux loisirs, à la culture ou à une vie sociale comme les autres. Ils ne pourront pas occuper les mêmes emplois ni se déplacer comme des citoyens normaux.

JPEG

Cela peut vous paraître fou ou impossible mais le Conseil d’Etat et le Conseil Constitutionnel ayant validé les folies précédentes, il ne fait aucun doute que cette fois-ci encore les choses se feront comme l’aura décidé le Monarc, qui désormais décide seul et dans le secret d’un Conseil de Défense « Sanitaire ». On pourra (et on devra) remarquer le silence complice et coupable de la plupart des politiques, des journalistes, des intellectuels ou des magistrats, des médecins ou de personnalités qui s’engageraient non pas pour « défendre » les non-vaccinés mais seulement les valeurs qu’ils prétendent pourtant vouloir défendre à longueur de journée : LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE. Mais non. Rien ou si peu. Désormais la liberté n’est plus, la fraternité a été détruite et l’égalité est rompue. Et ne croyez pas qu’un retour en arrière soit possible, car il ne l’est plus. Nous ne pouvons donc compter sur personne d’autres que nous-mêmes, et il faudra pourtant bien vivre tout de même.

Lorsque les noirs étaient victimes de la ségrégation, les « repérer » semblait évident. Avec les juifs, et malgré les tentatives de les « distinguer » « scientifiquement » (ce qui s’est avéré évidemment impossible), alors on les a « marqués » avec une étoile jaune. Aujourd’hui, comme il est impossible de reconnaître un « vacciné » d’un « non-vacciné », et que même si certains y pensent déjà (si si, ça va venir on parie ?), le fait de « marquer » les non-vaccinés passe encore difficilement en Europe. Surtout quand on ose encore se prétendre démocrate et que notre devise est « Liberté, Egalité, Fraternité ».

Du coup, le choix a été fait de « marquer à l’envers » : en fait on vous contrôle tous pour chasser « en creux » les non-vaccinés. En voulant faire des non-vaccinés des « sous-citoyens », le gouvernement se prépare à contrôler de manière totale et permanente tous les citoyens vaccinés qui sont, eux, marqués, en échange de privilèges conditionnels (accès aux bars, à la culture, à certains lieux ou emplois…).
Si cette nouvelle conditionnalité de leur citoyenneté ne fait pas réagir les vaccinés pour ceux à qui on retire des droits, qu’ils se rendent au moins compte pour eux-mêmes que les droits qu’ils avaient « naturellement » (enfin constitutionnellement) avant Covid sont désormais en suspens, conditionnés aux désirs d’un seul qui peut à loisir les leur accorder ou retirer

En réalité, comme dans 1984, les « vaccinés » qui se croient libres le sont encore moins que les « non-vaccinés », car en définitive les conditions d’obtention des privilèges qui leurs sont accordés seront sans cesse plus difficiles à remplir et il faudra se soumettre toujours un peu plus pour les avoir

Tandis que les exclus seront comme les prolétaires du livre : pauvres et sales peut-être, mais libres d’aller et venir sans Pass et sans contrôle permanent, sans « telecran/QRcode » pour les tracer constamment. Tellement insignifiants et déconsidérés qu’on les laissera tranquilles. « S’il y a un espoir, il est chez les prolétaires », disait Orwell. Et in fine ce sont les prolétaires qui finiront toujours par s’en sortir, car ils sont habitués à « vivre sans » (spéciale dédicace à Lordon !)

la-guerre-c-est-la-paix

Les autres, les soumis, continueront de croire que la liberté c’est l’esclavage, que l’ignorance c’est la force, que la guerre c’est la paix.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Paru sur Agoravox par Jonas

Depuis deux années, une pandémie mondiale touche la planète qui affecte et modifie radicalement les modes de fonctionnement de nos sociétés (masques, gel hydroalcooliques, gestes barrières, contaminations, hospitalisations, confinements, aspects relationnels sociétal et familial,etc…).
Face au désespoir qui nous guette, la Providence a su entendre nos lamentations lancées vers le ciel, malgré nos cris étouffés derrière nos masques.
La solution miracle est arrivée, et elle a un nom : Pfizer.
Société de santé philantropique qui aide l’Humanité grâce aux nombreux produits pharmaceutiques qu’elle vend, parfois avec quelques moyens peu conventionnels il est vrai, qui ont donné lieu à de multiples condamnations par le passé : escroqueries en bande organisée, versements de commissions occultes, falsifications de données, fraudes, corruptions de médecins, intimidations, des centaines de millions de dollars d’amende à payer devant les tribunaux mais peu importe, Pfizer travaille pour le bien être de tous !
Nos dirigeants européens l’ont d’ailleurs bien compris, ils ont su percevoir et encaisser cette véritable Lumière aurifère et argentée.

Le Sauveur Albert Bourla, PDG de Pfizer, reçoit le 10 novembre 2021 le « leadership award » de l’Atlantic Council des très chaleureux bras de Ursula Von Leyden, présidente de la commission européenne, pour avoir réussi à sauver l’Humanité, au diable les gestes barrière et les masques, l’événement est trop important, Alléluiah !

Le vaccin miracle est produit sur le marché, et les injections de masse peuvent enfin commencer, après que le docteur Mace Rothenberg, médecin-chef chez Pfizer, ait affirmé le 12 avril 2021 qu’il n’y avait pas eu de décès pendant les tests, et que tout s’était bien passé dans le meilleur des mondes.
La foule se lève, et ensemble, acclame, unie, les yeux pleins de larmes de reconnaissance, même le Pape François a délaissé l’Amour du Christ pour embrasser la dose vaccinale, « se faire vacciner est un geste d’Amour », se prosterne-t-il devant les seringues ? Que c’est beau la Fraternité universelle ! Ça y est mes Frères et Soeurs, enfin, le Jour de la Délivrance est arrivé !

Alors malheureusement, il se trouve toujours des perturbateurs, des enquiquineurs de tourner en rond, qui on ne sait pour quelles raisons, veulent tout vérifier.
Un groupe de plus de 30 scientifiques et universitaires américains a déposé une action civile contre Pfizer parce qu’ils ne se sont pas pleinement conformés à la réglementation, puisque moins de 1% de la documentation Pfizer sur les essais vaccinaux a été publiée.
Pourquoi cet acharnement ? Ces scientifiques n’auraient-ils pas confiance en Pfizer ?

Face à la pression de ces oiseaux de mauvais augure, La FDA a demandé à Pfizer de s’exécuter et déclassifier une petite partie des documents confidentiels liés aux tests vaccinaux ayant eu lieu.

Dans ce document de 38 pages de Pfizer déclassifié, intitulé « Analyse cumulative des rapports d’événement indésirable post-autorisation de PF-07302048 (BNT162B2) reçus jusqu’au 28 février 2021 ». Tout est bien détaillé, mais des points « secondaires » titillent quelque peu nos scientifiques. On apprend que bien que les responsables Pfizer aient déclaré qu’il n’y avait pas eu de décès pendant les tests, le document révèle que 1228 personnes sont décédées dans les trois mois ayant suivi la vaccination ! Pfizer nous aurait menti ?
Dans ce même document, Pfizer écrit par exemple en toute lettres concernant les cas d’anaphylaxie, que quatre personnes sont mortes le jour même de leur vaccination !
Malgré le fait que Pfizer souligne que ces personnes avaient des problèmes de santé sous-jacents, qu’elles meurent le même jour où elles ont reçu l’injection, suggère une causalité potentielle liée au vaccin.

Le rapport sur les femmes enceintes vaccinées est tout aussi inquiétant : les issues de grossesse pour les 270 grossesses ont été signalées comme avortement spontané (23), issue en attente (5), naissance prématurée avec décès néonatal, avortement spontané avec décès intra-utérin (2 chacun), avortement spontané avec décès néonatal et issue normale (1 chacun).
Mais cela n’a pas alarmé plus que ça les médecins Pfizer, ils concluent finalement que « aucune alerte de sécurité n’a émergé de l’examen de ces cas pendant la grossesse et pendant l’allaitement. » !

Certains pourraient oser qualifier de malhônnete et criminel d’avoir caché ces informations alors que la vie de millions de personnes est en jeu par la vaccination de masse, mais qu’il y a-t-il de plus beau que le Sacrifice ? Le Mensonge n’est-il pas finalement salvateur et nécessaire pour sauver l’Humanité ?

En France, tous les jours on rapporte des décès, des effets secondaires innombrables graves liés à la vaccination à ARN Messager (zona, AVC, thromboses, crises cardiaques, péricardites, myocardites, cancers, maladies à prions, paralysie des membres, paralysie faciale, perturbations du cycle menstruel,…) mais est-ce réellement important ?
Après tout, vous l’avez bien reçu le produit dans les veines, deux fois au moins, et tout c’est bien passé, non ? Jusque là tout va bien, vous avez survécu, vous êtes passé entre les gouttes. Alors pourquoi pas la troisième, la quatrième et la cinquième dose pour contrer la septième vague ? Quand on gagne, on joue ! Et en échange, n’oubliez pas que vous avez le trésor suprême, l’Onction, l’Hostie, le Passe Sanitaire (bientôt vaccinal) qui vous ouvre les portes des restaurants, des bars, des cinémas et des salles de sport !

Sur l’année 2021, au moins 357 athlètes professionnels de par le Monde ont été victimes de crises cardiaques, du jamais vu dans toute l’Histoire du sport ! Curieusement, on n’a absolument aucune idée de l’origine de cette soudaine étrange épidémie. Florian Dagoury en a eu le souffle coupé !

Au diable les traitements alternatifs qui ont éradiqué l’épidémie de covid-19 au Brésil et en Inde, peu importe que le Comité consultatif ministériel d’Afrique du sud, d’où est censé venir le nouveau variant omicron, vient de décider d’arrêter de tracer les cas contact des porteurs du virus covid-19, ainsi que les confinements, jugeant ce variant inoffensif : seul le Dieu Pfizer est Roi !

Ces salauds de non vaccinés nous pourissent la vie, ils encombrent nos hôpitaux !
Pourtant, sur le mois de novembre 2021, 63% de morts du covid-19 dans les centres hospitaliers étaient vaccinés, et ils sont à peine légèrement sous-représentés en soins intensifs (48%) par rapport aux non vaccinés, mais curieusement, aucun chiffre n’est communiqué sur la mutlitude de personnes hospitalisées pour causes d’effets secondaires ou en soins intensifs liés à la vaccination. Macron, Véran, Castex ont été à l’école Pfizer et ils apprennent vite, les bougres !
En Allemagne, on tague la devanture des commerces pour discriminer les non-vaccinés, livrons-les au bûcher ! C’est bizarre, je ne sais pourquoi, un étrange écho résonne à mes oreilles.
En France, le docteur Michel Cymes traite ces insoumis d’assassins. Sur RMC, le journaliste Emmanuel Lechypre considère ces parias comme des sous-citoyens, il appelle la police à les traquer pour les emprisonner et les faire vacciner de force.

 

Le premier Ministre Jean Castex accuse les non vaccinés de mettre en péril « la vie de tout un pays », mais heureusement, pas sa bonne chère et ses assemblées festives, santé Jean !

Pour finir, juste un témoignage parmi des milliers d’autres sur le groupe Facebook effets indésirable 6 :
« Bonjour à tous.
Je suis les groupes depuis le début aussi, non vaxx pour ma part mais je vais vous remonter ce que nous vivons au travail depuis quelques mois car c’est alarmant. J’ai mit du temps à écrire ici car je ce n’est pas évident de s’afficher mais là c’est plus possible. C’est flagrant !
Je suis tatoueur et ce que je vois ne me plait pas du tout, je signale que j‘ai 25 ans de métier donc je ne suis pas un débutant, je suis formateur agréé donc je sais de quoi je parle aussi au niveau de la peau.
Depuis quelques mois, nous nous rendons compte que les gens vaccinés réagissent bizarrement lors des séances : la peau des personnes vaccinés ne perle plus du tout (léger saignement normal lors d’une effraction cutanée) nous notons aussi que les rougeurs et les gonflements sont presque inexistants. Certes ce n’est spécialement dérangeant pour notre métier (pour le moment) mais c’est très alarmant tout ça. Il y a bien une modification au niveau du sang, la peau ne se défend plus !
Avant l’été c’était quelques cas mais on ne prêtait pas grande attention car ça peux arriver oui , mais depuis le gros rush des vaccinations c’est vraiment tout le monde. C’est simple : en 20/30 min nous pouvons vous dire si vous avez été vaxx ou non, juste en regardant comment la peau se comporte.
A l’heure d’aujourd’hui bcp de confrères se rendent compte aussi qu’il y a un gros problème.
Ceci va t’il passer je ne sais pas, mais plus de 5/6 mois après les 2 doses les patients ont la peau qui ne réagit toujours pas normalement.
J’ai interpelé du monde dans le milieu médical, et on me confirme bien que ça joue sur le sang.
Certaines infirmières remontent aussi que le sang bouche souvent les cathés lors des prises de sang tellement c’est épais. Ces soucis ne sont même plus remontés sur leurs sites de problèmes car c’est tout les jours…
Je recherche des personnes qui travaillent en hématologie pour échanger et comprendre ce qui se passe avec ce foutu vaxx. N’hésitez pas à m’écrire ça serait avec plaisir de parler du sujet si vous me lisez.
C’est pas rassurant du tout et lire vos nombreux posts avec tout les problèmes que vous rencontrez est démoralisant. Je vous souhaite à tous un bon courage ! »

Témoignage de Med Marshall le 21 décembre 2021, tatoueur professionnel depuis 25 ans

 

I l y a parmi la population des crétins égoïstes, des terroristes à la solde du virus qui ont abusé de leurs droits et libertés, du consentement libre et éclairé prévu par la loi sous l’article L 1111 -4 du code de santé publique et de l’article 55 de la constitution française du 4 octobre 1958. Ceux-ci sont même allés fouiller dans la charte des droits fondamentaux de l’union européenne à la résolution 2361 point 7.3.1 pour en extraire ce passage : « de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informées que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, si elle ne souhaite pas le faire personnellement. » Ces perturbateurs de la bien-pensance se doivent de se faire censurer, que leurs noms soient donnés à des brigades, des agents qui iront frapper à leurs portes harceler ces nuisibles de la société refusant les nouvelles technologies expérimentales et se complaisant dans l’obscurantisme.
Ils ont le culot de dire que les autorisations conditionnelles de mise sur le marché de médicaments en cours d’expérimentation, même dans le cadre de l’urgence ne doivent pas être délivrés lorsqu’il existe des traitements efficaces, ce d’autant plus lorsque la balance bénéfice/risque observée lors de la phase d’expérimentation n’est pas concluante.
Vaccinés de tous pays unissez-vous ! Vous êtes la cible d’infâmes irresponsables qui avec un culot monstre osent en plus, se montrer devant vous en bonne santé. Ils réclament que nous libérions l’hydrocycloroquine et l’Ivermectine en traitement préventif. Mais nous savons tous que ça ne vaut rien financièrement et cela mettrait à jour l’illégalité de la campagne juteuse de vaccination non obligatoire mais soumise à obligation.
La campagne de vaccination doit continuer. De cas contacts en vagues successives, en variant les plaisirs et doses multiples, la seringue vaincra.

Signé Pfizer, Moderna, Astra Zeneca et Janssen

Citoyens déchus de vos libertés ! Vous qui avez compris que la seule obligation que vous deviez avoir, était de vous informer, vous qui avez immédiatement eu le réflexe de vous questionner, de vous interroger, de douter et rechercher l’avis de spécialistes autres que ceux des plateaux TV bourrés de conflits d’intérêts tout comme ceux du conseil sanitaire de défense. Cette liberté à vouloir vous informer par vous-même, vous a conduit à l’échec. L’échec à vous soumettre, à rentrer dans le rang.
Maintenant vous vous faites violence à garder votre calme face à un discours unique qui descend par les escaliers, va aux poubelles, circule sur les trottoirs, prend les transports en commun, fait la queue aux magasins, sur votre lieu de travail et qui vous parle. Vous ressentez au fond de vous-même que la propagande ne se fait plus par les TV ou les journaux mais par le biais de gens ordinaires convaincus que le devoir civique est dans la seringue et l’obéissance.

Cela me met en colère contre ces vaccinés qui ont accepté tous les mensonges sans aucune résistance. En colère lorsque j’entends mon voisin se lamenter sur le délai d’attente pour sa troisième dose et son pass qui prend fin en Janvier. N’a-t-il et n’ont-ils toujours pas réussi à quitter cette série médiatique bouffonne diffusée tous les jours sur toutes les chaînes de télévision. De spectateurs captifs ils sont devenus les acteurs lobotomisés de la série COVID, engagés dans une folie sans limite.
Bientôt la prochaine saison avec les enfants, ils participeront à cette effroyable série médiatique.
Pfizer a lancé un appel aux enfants pour cette nouvelle série. Les enfants qui auront reçu l’injection seront de « super-héros » dotés de « super-pouvoirs  ».

Cette saga de la peur injectée chaque jour, seuls les médias alternatifs pouvaient tenter d’y mettre fin en fournissant des informations sur l’état réel de la crise sanitaire et faire cesser cette désinformation. Mais ces médias alternatifs ont été immédiatement étiquetés de « complotistes », traînés dans la boue et censurés pour avoir tenté un dialogue en proposant des points de vue critiques.
Pourtant on peut retrouver dans les pages de ces sites prétendument « complotistes », le rapport de l’ATIH qui confirme l’extraordinaire exagération des hospitalisations en rapport avec la COVID-19. « Les patients COVID représentent 2% de l’ensemble des patients hospitalisés au cours de l’année 2020, tous champs hospitaliers confondus » et qui avait été évoqué par les complotistes bien avant cette parution.
Mais ce rapport n’étant pas anxiogène et ne correspondant pas avec les chiffres des non complotistes, ce rapport sera très vite évacué de leurs journaux quotidiens.

Toujours selon les non complotistes, des charlatans ce sont réuni en comité de « Conseil scientifique indépendant ». Une de leurs publication se termine ainsi : « Les injections de matériel génétique à visée vaccinale chez des individus en bonne santé (ou non atteints de pathologies lourdes et mortelles) sont quant à elles totalement nouvelles. Or, dans le cadre d’une injection expérimentale, une procédure très stricte est nécessaire pour évaluer les effets indésirables à moyen et long terme avec trois phases qui durent en moyenne 9 à 10 ans pour un vaccin. La phase I permet sur un petit nombre de patients d’évaluer la dose, la fréquence d’administration et la toxicité. La phase II permet de conforter l’efficacité de la dose choisie. La phase III dure 4-5 ans et permet une évaluation sur un grand nombre de patients en le comparant à un traitement standard ou un groupe placebo. Enfin, la phase IV postmarché permet d’identifier tout effet secondaire grave et/ou inattendu. Dans le cas du vaccin à ARNm contre la COVID-19, la phase III a été menée en parallèle avec la phase IV et le recul est actuellement de moins de 1an. »

En résumé, les injections de matériel génétique à visée vaccinale chez des individus non atteints de pathologies lourdes et mortelles et qui plus est, dans une population entière et sans recul (moins de 1 an) ne correspond pas à une procédure très scientifique. Qu’à cela ne tienne, ne nous alarmons pas, le conseil scientifique de défense sanitaire dévoilera ses données personnelles secrètes dans 50 ans. « les délibérations du Conseil de défense sanitaire d’Emmanuel Macron, qui a géré cette crise, sont normalement « confidentielles pour les cinquante ans à venir ». Le conseil de défense sanitaire n’a pas besoin de se justifier ou d’en discuter avec des non alignés faisant fi de la doctrine dominante du pouvoir. Il a d’autres impératifs…secret à traiter.

Ce vaccin sensé protéger n’a jamais seulement été fiable à 95%. Mais pour ne pas ulcérer les convaincus du vaccin ou les rendre dépressifs et suicidaire disons qu’il est fiable à 35%… Normalement un vaccin, ça empêche d’être malade, un vaccin qui ne protège pas, ce n’est pas un vaccin. Un vrai vaccin, insiste Christian Perronne, empêche d’être contaminé, d’être porteur du virus, alors qu’avec les produits actuellement utilisés, même si on est inoculé, on peut être « porteur et contagieux ». Un vaccin qui doit être renouvelé tous les 6 mois, c’est du jamais vu, on ne peut pas appeler cela un vaccin. A la date du 10/12/21 on parle d’un renouvellement tous les trois mois.
Par contre les effets secondaires, le vaccin n’en manque pas. Mais chut ! Faut pas en parler si on veut faire sa troisième dose sans discuter, il en va de la santé pour les uns et du Pass Sanitaire pour les autres.

Et si les vaccinés sont encore capable de se contaminer entre eux doses après doses, pourquoi insister à vouloir se protéger des non vaccinés en leur imposant des restrictions avec le pass sanitaire ? Peut-on encore espérer la dose miraculeuse qui mettra fin à ce cauchemar totalitaire qui impose l’obtention d’une liberté sous conditions.

Peut-on espérer une subite étincelle de lucidité chez ces vaccinés ?
De toute façon cela ne doit se faire, les vaccinés doivent garder confiance envers les autorités responsables de la sécurité, de la santé publique et de la justice. Elle se doit de recadrer et diriger les potentiels nouveaux sceptiques qui perdent la foi, de les réconforter et leurs proposer une vindicte à l’encontre des non vaccinés. Ils méritent à présent d’être accusés de l’engorgement des hôpitaux, « ce sont EUX les fautifs ». Pour rappel à ceux qui viennent de débarquer, les personnels des hôpitaux se battent depuis très longtemps contre le manque de moyens et de personnels. Aujourd’hui, 5700 lits ont été récemment supprimés malgré les annonces du début de pandémies ou il fallait absolument rétablir 10000 lits au plus vite (selon Macron).Dans la foulée on a jeté le personnel non vacciné dehors pour ne garder que les vaccinés même porteur du virus …mais vaccinés. Comme pourrait dire Castex , les non vaccinés attrape le covid et le transmettent alors que les vaccinés attrape le covid et le transmettent mais eux ils sont vaccinés » (d’après l’interprétation humoristique de Karine Dubernet) .Encore une mais cette fois c’est du pur Castex « Bien entendu, une nouvelle fois, nous avons ensemble constaté que le meilleur moyen de les aider, de soulager l’hôpital, c’est de ne pas tomber malade ! De ne pas tomber malade ! Et ça, ça dépend de chacune et chacun… »

Mais ne nous glorifions pas de ne pas être vaccinés, si nous avons réussi à y échapper, c’est que la plupart du temps notre situation nous le permettait. Alors je marque une pause et m’administre une bonne gifle pour tout ce que je viens de dire……………………………………………… !!!??!!
Tous n’ont pas eu cette chance. Il est par conséquent bon de séparer les vaccinés coopératifs et les victimes de cette vaccination forcée.
On trouve les vaccinés de la première heure, les naïfs qui ne se posent pas trop de questions, on peut tout leur injecter, tout leur faire croire et leurs proposer une carte fidélité ou un abonnement à Pfizer. Sont-ils victimes ? Mais de qui véritablement, d’eux-mêmes ou de cette propagande anxiogène ?

Il y a ceux qui n’ont vu lors de la venue du passe sanitaire que leurs seuls intérêts, leur confort personnel, leur individualisme, leurs petits loisirs et puis c’est tout. Il leur faut absolument la troisième dose pour les vacances d’hiver. Et probablement la quatrième pour les vacances d’été.( c’est dans les tiroirs)

Ensuite viennent tous les autres qui ont été contraints par la force des décrets illégaux à se rendre aux vaccinodromes pour garder leur emploi, leurs revenus, leurs moyens de subsistance, ne pas sombrer dans l’endettement, les malades dans l’obligation de subir des interventions chirurgicales ou devant subir des traitements lourds…et bien d’autres encore.

Se faire vacciner par la contrainte est quelque chose de terrible, quelque chose qu’on ne peut oublier facilement. Et cette contrainte nous la devons à notre gouvernement à la botte de ???? De qui donc exactement. N’oublions pas au passage l’opposition politique et syndicale peu vindicative concernant ces décisions. Participant ainsi à la vaccination de masse et à la privation des libertés par l’instauration du pass sanitaire. Bien sûr ils se sont offusqués, ils voulaient la levée des brevets pour montrer qu’ils étaient là et veillaient à notre bien-être, ils se sont même offusqué sur la lenteur de l’ouverture des vaccinodromes. Et puis ils ont fait dans l’humanitaire en réclamant une aide aux pays africains pour qu’ils puissent se faire eux aussi vacciner. Mais jamais au grand jamais ils n’auront défendu les protocoles de soins qui auraient stoppé net cette pandémie ainsi que tout le reste. Ils ont su préserver des intérêts qui ne nous concernaient pas, voire même hostiles à la population, à sa protection sociale et à la sauvegarde de l’hôpital public. Ah ! Combien de députés ont été présent à l’assemblée nationale lorsqu’il aurait fallu qu’ils soient là ? Quel silence de mort. Je vous laisse le soin de citer ceux qui se sont ouvertement engagé contre ce totalitarisme en marche.

Note : Une chance pour les Africains ! Ils ont su se débarrasser du virus avec l’hydrocycloroquine, l’Ivermectine et l’artemisinine.

La situation inquiétante vers laquelle nous nous dirigeons, nous la devons à plusieurs acteurs, mais je m’en tiendrais seulement à ceux que je côtoie et qui me hérisse le poil. Je parle donc des vaccinés qui se reconnaitront plus haut. Ils ont une responsabilité qu’ils auront du mal à effacer de la mémoire collective. Vous pourrez toujours vous prévaloir d’un abus de faiblesse ou d’un je ne savais pas, il suffisait de réfléchir par vous-même sans attendre tous les jours votre prêt à penser mainstream et comprendre que quelque chose ne collait pas.
Probablement qu’aujourd’hui, la vérité qui se dévoile malgré la censure, devient elle aussi oppressante et insupportable.
Dans le secteur médical, bon nombre de médecins ont du mal à admettre que le vaccin Covid-19 a été la cause des blessures de leurs patients ou de leurs propres blessures. Il est inconvenant de parler des problèmes de santé en évoquant le vaccin. Même les biens portant qui se sont vu terrasser par le vaccin ont tendance à nier la cause de leurs problèmes de santé.
l’Ahnenpass nazi qui visait à documenter l’origine aryenne (en particulier non juive) de son titulaire, participait à une ségrégation raciale. Le pass sanitaire effectivement ne fait pas de ségrégation raciale mais de là à affirmer que c’est uniquement un objectif de santé publique….Qui aujourd’hui peut encore le croire ? Le processus d’exclusion est bien réel et l’objectif de santé publique inexistant. Les preuves qui s’accumulent de jour en jour sont totalement ignorées par les gouvernants de pratiquement tous les pays. La vague est énorme.
Est-il scandaleux de faire une référence avec le nazisme ? L’histoire a tendance à se répéter. Le seul rempart est dans le peuple…ou non.

Voilà ! Vaccinés de force, non vaccinés « Courages »
Soutien et respect à ceux qui depuis le début se battent avec des mots, aux experts et scientifiques pour nous informer et tenter de raisonner la folie de ce monde.
Gasty

Photo Gasty

Pour les cerveaux en réanimation, voici quelques liens. A consulter avec modération pendant le premier mois pour éviter un rejet dû à l’addiction aux médias officiels.
https://reinfocovid.fr/articles-scientifiques/
https://www.francesoir.fr/
https://lecourrier-du-soir.com/category/international/
https://www.wikistrike.com/
https://planetes360.fr/
https://pgibertie.com/
https://qactus.fr/
https://aphadolie.com/

https://aphadolie.com/2021/11/25/martinique-le-directeur-du-chu-benjamin-garel-reeduque-par-linfirmiere-valerie-adele/

Molnupivar / https://baslesmasques.com/o/Content/co683786/molnupiravir-veran-commande-un-traitement-anti-covid-hors-de-prix-et-contro
https://pgibertie.com/2021/11/10/les-mathematiques-plus-efficaces-pour-combattre-la-pandemie-que-les-vaccins-et-meme-que-livermectine/

https://francais.rt.com/france/92344-barbier-propose-que-brigades-aillent-frapper-porte-des-non-vaccines-pour-les-convaincre
https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/nous-sommes-en-guerre-que-des-91661
https://www.mondialisation.ca/vaccination-des-enfants-les-dilemmes-dun-medecin-de-famille-en-temps-de-covid-19/5661768
Témoignages : https://cv19.fr/2021/11/09/plus-de-2000-temoignages-deffets-indesirables-et-de-deces-suite-a-la-vaccination-covid/
https://nouveau-monde.ca/des-medecins-de-soins-intensifs-et-des-scientifiques-prestigieux-sont-menaces-pour-avoir-sonne-lalarme-sur-les-blessures-causees-par-le-vaccin-covid-19/
https://www.nexus.fr/actualite/news/traitements-anti-covid/

https://nouveau-monde.ca/une-publicite-revoltante-de-pfizer-presente-les-enfants-vaccines-comme-des-super-heros-et-oublie-ceux-qui-souffrent-deffets-secondaires/

on 6 décembre 2021 in Non classé No Comments »

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/christian-perronne-sabre-au-clair

CHRONIQUE — En cette fin novembre 2021, le professeur Perronne était sur tous les fronts : interview sur CNews, où il a pu faire passer quelques idées en dépit des interruptions permanentes des journalistes ; « Message à mes amis suisses » à la veille de leur référendum sur la loi Covid, finalement avalisée ; participation au Conseil scientifique indépendant (CSI) le 25 novembre, au cours duquel il a pu – deux heures durant – exprimer tranquillement son analyse de la pandémie de Covid-19, 21 mois après son déclenchement sur notre sol.

Imposture, incohérence, ignominie, supercherie, tyrannie sanitaire, dictature terrible, Christian Perronne n’a pas de mots assez durs pour qualifier la triste réalité qui s’étale sous nos yeux. Ulcéré, l’homme – policé, s’il en est – va même jusqu’à tenir un langage que tout le monde comprendra, et qui ne choquera que les belles âmes qui font semblant de ne pas savoir, alors qu’elles savent : « C’est du grand n’importe quoi ! On se fout de notre gueule ! »

Voilà pour la tonalité générale de l’intervention du professeur Perronne, lors du Conseil scientifique indépendant animé par le Dr Éric Ménat. Avant d’en venir aux raisons de cette colère non contenue, mais combien compréhensible, insistons sur le fait qu’il ne s’agit pas de propos inconsidérés d’un scientifique inconnu, mais au contraire de jugements justifiés d’un homme « qui a occupé les plus hautes fonctions », suivant la formule du professeur Didier Raoult. Ses détracteurs auront beaucoup de mal à discréditer le discours de celui qui a géré les épidémies en France sous trois présidents de la République : Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, et qui est connu – et reconnu – dans le domaine de la vaccination, après avoir été vice-président du groupe d’experts sur les vaccins à l’OMS pour la zone Europe. C’est bien pourquoi, au demeurant, il est interdit d’antenne sur la plupart des grands médias télévisés.

Entrons donc dans le détail des travaux du Conseil scientifique indépendant, puisque ceux du Conseil scientifique élyséen sont placés sous le sceau du « secret défense », et que nul n’y a accès. Comme s’il était possible de trahir la nation et de pactiser avec cet ennemi invisible : le Covid-19 et ses variants successifs, qui dépassent désormais la dizaine …

Des « vaccins » ? La plus grande imposture

Interrogé, en premier lieu, sur des malades du Covid chez les personnes « vaccinées », comme Roselyne Bachelot qui a fait « une forme grave » et maintenant Jean Castex, Christian Perronne explose : « C’est la plus grande imposture de cette histoire ; on nous a vendu ces produits pour des vaccins. Ce ne sont absolument pas des vaccins. Ils ont été évalués à la va-vite. Evaluer un vaccin, ça demande 10 ans. En plus, une partie des données avait été truquée ».

Il estime aujourd’hui avoir la preuve de ce qu’il écrivait il y a un an. D’abord, parce qu' »un vaccin, ça empêche d’être malade, et nos dirigeants qui tombent malades ont été « vaccinés » ; un vaccin qui ne protège pas, ce n’est pas un vaccin ». « Un vrai vaccin, insiste Christian Perronne, empêche d’être contaminé, d’être porteur du virus », alors qu’avec les produits actuellement utilisés, même si on est inoculé, on peut être « porteur et contagieux ».

Ensuite, parce qu' »on nous a vendu que ça protège des formes graves », et « c’est totalement faux : dans les pays qui ont beaucoup « vacciné », la grande majorité des gens en réanimation avec des formes graves sont des « vaccinés » deux doses, trois doses, y compris en France ». Et, là, le professeur affirme qu’il lui est impossible de donner ses sources, pour les raisons que chacun comprend aisément.

Une immense supercherie

« Cerise sur le gâteau : on peut transmettre », alors que l’on avait dit aux Français : « Si vous êtes vaccinés, vous protégez votre famille ». La réalité est bien différente : « Les vaccinés transmettent tout autant, voire même dans certaines études, plus que les non-vaccinés ». Aussi, « continuer à appeler cela un vaccin, c’est une immense supercherie : on se fout de notre gueule, ce ne sont pas des vaccins, ce sont des produits de thérapie génique expérimentaux qui n’auraient jamais eu le droit d’être commercialisés si on avait respecté la loi ».

Le professeur Perronne exprime alors sa « fureur contre le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel qui valident des lois illégales », puis rappelle les conditions d’application d’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle. D’abord, il faut qu’il n’y ait « aucun traitement efficace contre le virus. Or, l’hydroxychloroquine, l’azithromycine, l’ivermectine, le zinc, la vitamine D, ça marche ». Ensuite, « on n’a pas le droit d’imposer l’administration de substances en cours d’expérimentation, qui sont toujours en phase 3″. Une phase 3, dont la durée est habituellement d' »au moins 10 ans », qu’il s’agisse de vaccins, d’antibiotiques, d’antidépresseurs, et qui nécessite « des études sur des milliers de personnes, sur plusieurs continents, dans différentes populations ».

Au passage, Christian Perronne relève que les médecins n’ont plus le droit de vacciner avec les produits Astra Zeneca et Janssen, ce qui n’est pas sans lourde signification …

Une épidémie contrôlée… dans les pays qui n’ont pas « vacciné » !

A la grande question que tout le monde se pose, dans l’espoir de tourner enfin cette mauvaise page : « Où en est l’épidémie ? », le spécialiste des maladies infectieuses répond : « Il faut regarder les cartes du monde ». Elles nous enseignent que, « dans tous les pays pauvres qui n’ont pas eu de « vaccin » – heureusement pour eux, ils n’avaient pas l’argent pour l’acheter ! – tout va bien ; ils ont traité avec la chloroquine, l’hydroxychloroquine, les médecines naturelles », et « l’épidémie est contrôlée ». Alors que « tous les pays riches, ou sous l’influence des pays riches, qui ont massivement « vacciné », ont vu l’épidémie flamber, avec des morts ». Le meilleur exemple étant le Viet Nam, qui avait connu une mortalité très faible du fait du virus, et où l’épidémie a flambé après la vaccination généralisée de la population.

La troisième dose ? Un non-sens

Pour Christian Perronne, la troisième dose, et les doses à suivre, « c’est du grand n’importe quoi ! On a la preuve, dans le monde entier, que ces produits ne marchent pas ». Et si pour certains vaccins, il est vrai que l’on fait un rappel, c’est « tous les 5 ans, tous les 10 ans, pas tous les 6 mois ».

Au Dr Ménat qui observe que pour la rubéole, ou l’hépatite B, avec deux injections, on est vacciné pour 30 ans, Christian Perronne rétorque que des produits qui apportent une protection pour moins de six mois, c’est « du jamais vu dans le monde de la vaccinologie : si Pasteur voyait ça, il se retournerait dans sa tombe ! »

Avec le recul, avec ce que l’on peut observer dans le monde, il est clair que « ce ne sont pas des vaccins, ce sont des produits qui stimulent le virus ». Et, parce qu’en France on a été en retard pour la « vaccination » par rapport à la Grande-Bretagne et à Israël, « dans les jours et les semaines qui viennent, on va avoir un rebond des cas, et éventuellement des morts », ce qui pourrait nous valoir un couvre-feu ou un confinement.

Une population immunisée aux trois quarts

Après 21 mois de pandémie, le professeur Perronne se déclare « convaincu que les trois quarts de la population française sont immunisés, parce que le virus a tellement circulé, même si les gens n’ont pas été très malades, qu’ils ont une protection naturelle, une immunité naturelle ». Et « l’immunité contre un coronavirus, c’est à vie, à vie ! » Et même si « avec les variants, au fil du temps, on peut être moins protégé », notamment quand il s’agit de personnes fragiles, immunodéprimées, « ce n’est pas un problème de santé publique ».

Christian Perronne est catégorique : « Si on avait des bonnes sérologies, on verrait qu’une grande partie de la population est déjà protégée naturellement, à vie ». Mais là, « toutes les prévisions markéting des grands laboratoires pharmaceutiques s’effondreraient ». Et si on conteste son estimation de 75 % de la population française naturellement protégée, alors qu’on lui démontre le contraire, avec de bons tests sérologiques, ce qui n’est pas le cas des tests actuellement utilisés.

Vaccins à virus inactivé : trop tard ?

Dans sa lettre à ses « amis suisses », Christian Perronne était porteur d’un message limpide sur l’état de la pandémie de Covid-19 : « L’épidémie est actuellement au niveau de n’importe quelle infection respiratoire banale, et la mortalité est extrêmement faible : 46 morts par jour en France à la mi-novembre, au lieu de 317 début janvier », soit 7 fois moins.

Devant le Conseil scientifique indépendant, Christian Perronne est formel : « Si c’étaient des vrais vaccins à virus inactivé, je serais 100 % pour ». Mais il ajoute : « Maintenant, l’épidémie est tellement faible, je ne vois pas pourquoi on vaccinerait toute une population, ça n’a plus de sens aujourd’hui ». Cela étant, le professeur ne dissimule pas que, « maintenant », il a « moins confiance dans l’industrie pharmaceutique » et que, si on lui dit que c’est un vaccin à virus inactivé, il veut savoir « ce qu’il y a dedans ».

Et « on hallucine », reprend-il, quand on découvre que l’Agence européenne du médicament avouait, dans le courant de l’été, qu' »elle ne savait pas la composition complète » des vaccins dont elle avait recommandé la commercialisation provisoire. « Comment accepter de donner une autorisation sans savoir ce qu’il y a dans la fiole ? » Vraie question, en effet !

« Ces vagues, je n’y crois absolument pas »

Interpellé sur la cinquième vague, dont le Dr Ménat n’a vu dans sa patientèle « que des grippes tout à fait banales », Christian Perronne admet qu' »il y a un petit rebond de cas, basés sur des tests PCR qui ne sont pas fiables ; la vraie vague, c’est celle de mars-avril 2020, où l’on refusait les personnes âgées à l’hôpital ».

Après avoir parlé à l’été 2020 d’une deuxième épidémie de faux positifs, Christian Perronne confirme son analyse. Pratiquer des tests PCR sur des personnes asymptomatiques, « cela n’a aucun sens », et cette cinquième vague « elle existe en grande partie grâce aux tests PCR » qui, à partir d’août 2020, « disaient si vous étiez malade ou pas, alors que vous étiez en plein forme ». C’est pourquoi « ces vagues, je n’y crois absolument pas ; la seule chose que j’ai regardée, c’est les taux de mortalité », en sachant qu’on a gonflé les chiffres de mortalité. Et on voit désormais apparaître en France « ce qu’ont vécu nos collègues anglais et israéliens : des milliers de gens qui ont été inoculés commencent à être contaminés, parce que ces produits ne protègent pas de l’infection, et font des formes graves et se retrouvent en réanimation ».

L’histoire naturelle d’une épidémie …

Le professeur Perronne explique « la dynamique des virus et des microbes depuis des siècles. Dans les épidémies, un virus qui était nouveau pour l’homme perd toujours de sa virulence. Le virus n’a pas intérêt à tuer tout le monde. Son intérêt, c’est de survivre ; et, pour survivre, il a besoin de gens en vie, il préfère les rendre malades. La population touchée par le virus finit par s’adapter, par avoir une immunité. C’est l’histoire naturelle, normale d’une épidémie : les variants sont de moins en moins virulents ». Et Christian Perronne de conclure sur ce point : « La seule chose qui a fait peur aux gens, c’est les médias ! » Il est vrai qu’ils n’ont pas lésiné. Et le pouvoir politique non plus !

Quant à la gestion – contestable à plus d’un titre – de cette pandémie, son opinion est très claire : « Cette pandémie, si on l’avait confiée aux médecins généralistes, elle serait terminée ». Mais on a interdit aux médecins de prescrire, grande première dans l’histoire de la médecine, et on a attendu que l’état des malades soit très dégradé pour les placer en réanimation.

Essais cliniques, effets secondaires de la « vaccination », risques encourus par les « vaccinés » …

Répondant à diverses questions des membres du Conseil scientifique indépendant, Christian Perronne observe d’abord que « l’industrie pharmaceutique n’a plus de candidats pour ses essais cliniques », puisque « les trois quarts des Français sont immunisés contre le coronavirus à vie ». Et il n’existe « aucune donnée scientifique pour la 3ème dose, la 4ème dose, la 5ème dose » ; c’est le seul Conseil de défense qui décide souverainement. Comme on ne peut pas faire d’essais vaccinaux sur une population immunisée aux 3/4, le pouvoir en est réduit à « passer en force ». Quand bien même on a pu mesurer, en Israël par exemple, que la 3ème dose avait fait beaucoup de dégâts dans les maisons de retraite.

D’autre part, on méconnaît gravement les effets secondaires (« il n’y en a pas 10 % qui sont déclarés ! ») et les décès liés à la « vaccination ». Mais on voit de jeunes sportifs qui s’écroulent sur le terrain, ou décèdent dans leur sommeil. Alors qu' »aux Etats-Unis, on avait arrêté de vacciner au bout de dizaines de morts » en d’autres temps. « C’est dramatique de voir ça aujourd’hui », poursuit Christian Perronne en pointant du doigt les responsabilités : « Toutes ces personnes qui prennent des mesures terribles sont dos au mur. Comme ils ne veulent pas reculer, ils foncent dans l’inconnu ; ça va leur revenir en boomerang ».

Pire encore, si tant est que cela soit possible, la leçon que l’on peut déduire des chiffres officiels de « Santé publique Grande Bretagne » : « Les personnes qui ont été soi-disant « vaccinées » ont 4 fois plus de chances de mourir si elles rencontrent le Covid que les personnes non-vaccinées ». Christian Perronne commente sobrement : « Ce sont des données officielles. C’est quand même assez inquiétant de voir cela ».

« Fan de la vitamine D »

Abordant les questions de prévention, le Dr Ménat insiste sur le rôle décisif de la vitamine D dans la réduction des infections respiratoires, et la présente comme un traitement inespéré de la Covid-19, tant elle réduit le risque d’infection et la mortalité, comme l’a révélé une étude israélienne. Le professeur Perronne abonde dans son sens : « Je suis un fan de la vitamine D. Pour moi, c’est un anti infectieux. Tous les gens supplémentés en vitamine D ont beaucoup moins de maladies chroniques ».

Non à la vaccination des enfants !

C’est l’un des derniers sujets abordés. Pour Christian Perronne, « ça n’a aucun sens. Ils ne font pas de formes graves, transmettent très peu ». Et « vacciner les enfants, ça va faire des morts, mais ça ne va pas protéger ».

Un scandale ignoble : le remdesivir envoyé en Inde …

Au moment de conclure, avant de dénoncer la « tyrannie sanitaire », la « dictature terrible » et d’appeler à une résistance pacifique, le professeur Perronne s’élève contre « un scandale ignoble » : l’envoi en Inde du « remdesivir qu’on n’a pas pu utiliser » dans la lutte contre le Covid-19. Là, on touche le fond …

Quand on a écouté attentivement le professeur Perronne, on comprend beaucoup mieux pourquoi le président du Conseil scientifique élyséen, M. Delfraissy, a refusé le débat contradictoire que lui proposait son ancien collègue d’internat. Ce serait tout simplement donner un écho gigantesque aux propos de Christian Perronne qui échappent, hélas ! au plus grand nombre de nos compatriotes, et appeler… à la révolte.

C’est le général de Gaulle qui l’écrivait dans « Le fil de l’épée » : « Il faut préférer les cœurs fermes et incommodes aux âmes faciles et sans ressort ». Mon choix est fait…

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir