Derniere Edition - Prix 0,00 euros - Journal citoyen avec un numero de sirene 0800225225 code frida - et des autres numeros a l'ISBNana, R.C.Lens, RNIS et des Commissions paretages.

Archive for the ‘Société’ Category


Par M.K Bhadrakumar
Paru sur Indian Punchline sous le titre Migratory birds of mass destruction


L’albatros, un célèbre oiseau migrateur, est aussi un oiseau capable d’amour. Il est connu pour être monogame, et forme des liens de long terme avec un partenaire qui sont rarement rompus. Les couples ne se séparent jamais avant la mort de l’un des deux oiseaux.

Le 6 avril, le Conseil de sécurité des Nations Unies a été le siège d’un événement extraordinaire sous la rubrique Réunion sur la sécurité biologique selon la formule Arria concernant les activités biologiques dans les pays, y compris l’Ukraine. Comme on pouvait s’y attendre, les représentants des États-Unis et du Royaume-Uni ne se sont pas présentés à l’événement, et les médias occidentaux ont également passé les débats sous silence. Mais cela n’enlève rien à la signification profonde de ce qui s’est passé.

Le point culminant des débats du Conseil de sécurité, qui ont duré plus de deux heures, a été la révélation par le général Igor Kirillov, chef des forces de défense contre les radiations, les produits chimiques et biologiques des forces armées russes, que Washington est en train d’installer des laboratoires biologiques dans différents pays et de les relier à un système unifié.

Il a déclaré que les États-Unis ont dépensé plus de 5 milliards de dollars dans des programmes biologiques militaires depuis 2005 et a précisé que dans les seuls territoires limitrophes de la Russie et de la Chine, une soixantaine d’installations ont été modernisées au cours de cette période. Le réseau ukrainien de laboratoires, conçu pour mener des recherches et surveiller la situation biologique, comprend 30 installations réparties sur 14 sites situés dans des zones peuplées.

Des matériaux hautement sensibles provenant des laboratoires biologiques ukrainiens ont été envoyés aux États-Unis début février, juste avant le début de l’opération spéciale russe, et le reste a reçu l’ordre d’être détruit, par crainte de le voir tomber entre les mains des Russes. Mais la dissimulation n’a été que partiellement réussie. En effet, la Russie est en possession de preuves hautement compromettantes.

Auparavant également, la Russie avait publié un certain nombre de documents relatifs aux activités militaires biologiques du Pentagone, qui pointaient vers un projet mondial visant à installer des laboratoires biologiques dans des pays rivaux, dans le but de développer des armes virales ciblées contre ces pays.

Les actes de la conférence du Conseil de sécurité du 6 avril sont dans le domaine public et sont accessibles. Voir la vidéo ci-dessous :

[Pour les sous-titres en français : cliquer sur la roue dentée, sélectionner « Subtitles », puis « English auto-generated », ensuite dans le menu déroulant, « Auto-translate » et dans le second menu déroulant qui s’ouvrira, sélectionner « French », NdT]

La Russie a formulé des allégations précises, pointant du doigt :

  • Le financement par le Pentagone de bio-laboratoires en Ukraine ;
  • L’emplacement de ces bio-laboratoires (pas seulement en Ukraine mais dans 36 pays du monde) ;
  • Les maladies et épidémies sur lesquelles des travaux de recherche sont en cours, en se concentrant sur les moyens de leur diffusion, les pays où ils sont testés (parfois même à l’insu des gouvernements de ces pays) ; et, bien sûr,
  • les expériences relatives aux coronavirus (et aux chauves-souris utilisées pour transmettre ce virus).

Cependant, les États-Unis ont jusqu’à présent refusé catégoriquement d’accepter toute supervision et enquête sur ces preuves compromettantes et ont fait obstruction à la demande d’un mécanisme de vérification. Il est peu probable que les États-Unis autorisent un processus de vérification international susceptible de révéler qu’ils se livrent à des crimes contre l’humanité – bien qu’il existe des cadres appropriés, notamment la Convention sur les armes biologiques (CIAB) et l’ONU, pour écouter les éclaircissements du pays concerné de manière équitable et impartiale.

Une « découverte » stupéfiante sur laquelle les forces russes en Ukraine sont tombées est l’utilisation d’oiseaux bagués par les laboratoires financés par le Pentagone. Cela sort presque d’un livre de science-fiction, et Alfred Hitchcock aurait pu en tirer un film épique où la tromperie se mêle à l’innocence et où la cruauté de l’homme envers la nature devient insupportablement grotesque. Le projet fonctionne comme suit :

Pour commencer, le Pentagone accède aux données scientifiques disponibles auprès de spécialistes de l’environnement et de zoologistes qui étudient les migrations des oiseaux et les observent tout au long des saisons, pour apprendre le chemin que ces oiseaux empruntent chaque année dans leur voyage saisonnier d’un pays à l’autre, et même d’un continent à l’autre.

Sur la base de ces données, des groupes d’oiseaux migrateurs sont capturés, numérisés et on leur attache des capsules de germes qui portent une puce contrôlée par ordinateur.  Ces oiseaux sont ensuite relâchés au sein de groupes d’oiseaux migrateurs en chemin vers les pays-cibles envers lesquels les services de renseignement américains ont des intentions malveillantes.

Bien entendu, ces oiseaux migrateurs parcourent de grandes distances d’une région à l’autre, d’un continent à l’autre. Le Grand Albatros, par exemple, est connu pour migrer sur au moins 8500 km vers l’est à travers le Pacifique Sud jusqu’à la côte de l’Amérique du Sud, et de nombreux Albatros à cape blanche migrent vers l’ouest à travers l’océan Indien jusqu’à la côte de l’Afrique du Sud.

Pendant le long vol des oiseaux qui ont été numérisés dans les laboratoires biologiques du Pentagone, leur mouvement est suivi pas à pas au moyen de satellites et leur localisation exacte est déterminée. Selon le concept, si l’administration Biden (ou la CIA) a besoin d’infliger des dommages, disons à la Russie ou à la Chine (ou à l’Inde), la puce est détruite lorsque l’oiseau se trouve dans leur ciel.

En clair, il s’agit de tuer l’oiseau porteur de l’épidémie. Avec tristesse, je repense au roman de l’auteur américain Harper Lee To Kill a Mocking Bird (Ne tuez pas l’oiseau moqueur), une histoire obsédante d’innocence détruite par le mal.

Pour revenir à la réalité, une fois que l’oiseau « bagué » est tué et que la capsule de germes qu’il transporte est libérée, la maladie se propage dans le pays « X » ou « Y ». C’est une méthode très bon marché pour nuire à un pays ennemi sans qu’il soit nécessaire de recourir à la guerre, à un coup d’État ou à une révolution de couleur.

Les Russes ont déclaré, de façon choquante, qu’ils sont en fait en possession d’oiseaux migrateurs porteurs de bagues numériques de ce type, trouvés dans les laboratoires biologiques du Pentagone.

Le droit international interdit expressément de baguer les oiseaux migrateurs parce qu’ils sillonnent librement le ciel bleu et l’air d’autres pays.  En leur faisant porter des germes, ces oiseaux deviennent des armes de destruction massive. Quelle ingéniosité ! Mais les États-Unis bénéficient d’une immunité totale vis-à-vis du droit international.

En fin de compte, seuls les services de renseignement américains – et le président Biden, peut-être, s’il s’en souvient – sauraient où des humains ont été infectés jusqu’à présent, au cours de ce siècle, par les oiseaux de destruction massive. Le virus Ebola qui a dévasté l’Afrique était-il un test et un précurseur de choses à venir ?

Qu’en est-il du Covid-19, dont on sait qu’il provient de laboratoires financés et administrés par les États-Unis ? Il est très probable que les États-Unis aient pu utiliser des oiseaux migrateurs pour tuer des citoyens chinois. Il est clair que les États-Unis, dans leur désespoir d’inverser leur dynamique de déclin, mettent tout en œuvre pour restaurer leur hégémonie dans un ordre mondial qui se dirige inexorablement vers la multipolarité.

M.K. Bhadrakumar a travaillé au sein du corps diplomatique indien pendant 29 ans. Il a été ambassadeur de l’Inde en Ouzbékistan (1995-1998) et en Turquie (1998-2001). Il tient le blog Indian Punchline et contribue régulièrement aux colonnes d’Asia Times, du Hindu et du Deccan Herald. Il est basé à New Delhi.

Traduction Corinne Autey-Roussel
Photo Thang Ha / Pixabay

on 30 janvier 2022 in Politiques, Société No Comments »

Paru sur Agoravox par Lucia Gangale

Mattias Desmet est professeur de psychologie clinique à l’Université de Gand en Belgique. Il donne des cours de psychothérapie psychanalyse individuelle et aussi de psychologie de la foule. Il est expert en tyrannie, totalitarisme et hypnose de masse.

JPEG

Dans un podcast publié en ligne, dans des articles et des interviews (par exemple ici), le professeur Desmet explique comment se forme l’hypnose de masse. Lorsque cette période dystopique finira dans les livres d’histoire, nous nous demanderons comment tout cela a pu se produire, mais l’analyse de Desmet nous donne déjà aujourd’hui des indications précises sur ce qui se déroule aujourd’hui sous nos yeux. Comment, c’est-à-dire, il est possible que la vie humaine se soit réduite à être enchaînée et asservie par un QR Code, avec la liberté accordée par les gouvernants à l’échéance des différentes piqûres vaccinales. Comment il a été possible d’échanger sa liberté contre un spritz au bar et de diviser la société entre si-vax et no-vax. Comment notre vie s’est réduite à être scannée par une application, comme si c’était un aliment acheté au comptoir du supermarché. Comment a-t-il été possible de justifier cette dérive au nom d’une urgence permanente, avec un État chantage qui, tout en se protégeant de toute responsabilité pénale et civile, nous dit quoi faire de notre corps au nom de prétendues exigences collectives et de la protection de la santé. Comment il a été possible d’ériger la science en religion et le totem vaccinal en panacée de tous les maux de l’humanité. Comment, tout cela a été possible, entre autres, dans une nation comme la France, au mépris de sa splendide Constitution, de son passé des Lumières et de ses saints principes de Liberté, d’Égalité, de Fraternité.

Surtout, comme en seulement deux ans il a été possible d’effacer des décennies de luttes et de sang versé pour affirmer les libertés qui nous reviennent en tant qu’êtres humains.

Le chercheur belge s’interroge depuis longtemps sur l’hypnose collective qui s’opère, même face à des mesures gouvernementales gouvernementales démentes et contradictoires. Une hypnose qui conduit les individus à sacrifier volontairement leur liberté, même maintenant que la variante Omicron, très contagieuse mais non mortelle, semble marquer le tournant vers la fin de la pandémie de Covid 19.

Selon Desmet, il y a quatre conditions de base pour que la société soit vulnérable à l’hypnose de masse :

1) Le manque de liens sociaux, l’isolement et la peur qui en résulte ;

2) Ne pas concevoir un sens ou un but dans sa vie ;

3) L’anxiété fluctuante (il suffit de voir le nombre de médicaments contre l’anxiété et la dépression prescrits chaque année) ;

4) Niveaux élevés de frustration et d’agressivité.

Des mensonges et des contradictions alimentés par le courant dominant ont été crus vrais par les masses, sans cesse tendues par un récit inspiré de la peur du virus et de la haine envers les réticents au vaccin ou envers ceux qui se posent des questions contraires aux décisions gouvernementales. Ces derniers, considérés comme des parias dont il faut se moquer et qui sont exclus de la société, même s’ils sont médecins, scientifiques et des prix Nobel.

Desmet dit : « Les parents qui font piquer si avidement leurs enfants entrent dans la conscience de la foule qu’on appelle « formation de masse ». Ce changement social se produit quand il y a ou il y a eu une période de peur fluctuante, et c’est un pas sur la route vers un état totalitaire. Le totalitarisme commence toujours par une formation de masse au sein de la population.

Ce n’est pas la même chose qu’une dictature. Dans une dictature, les gens obéissent par crainte fondamentale du dictateur au sommet, mais le totalitarisme est le contraire. Les gens sont hypnotisés pour obéir « au bien de la collectivité ». (…) Ils ne sont plus rationnels ou critiques comme autrefois, ils ne suivent plus la logique ».

La raison pour laquelle tant de gens sont disposés à participer à ce délire collectif, « est que dans ce récit ils trouvent un nouveau lien social. La science, la logique et l’équité n’ont rien à voir avec tout cela ».

Desmet met en évidence la différence entre une dictature montante et le totalitarisme : « En règle générale, dans une dictature classique, le dictateur devient plus doux et moins agressif une fois que les voix dissidentes, son opposition, sont réduites au silence. Une fois qu’il a pris le pouvoir complet, il n’a plus besoin d’être agressif et peut recourir à d’autres moyens pour garder le contrôle. Dans un état totalitaire, c’est le contraire qui se produit. Cela est fondamental à comprendre, parce que dans une société totalitaire, une fois que l’opposition est réduite au silence, c’est alors que l’État commet ses atrocités les plus grandes et les plus cruelles ».

Ces deux dernières années, les idées dissidentes sur le Covid et les vaccins ont été ponctuellement réduites au silence. On se demande alors quand la science est devenue définitive et incontestable et lorsqu’elle est fermée à tout dialogue. Et pourquoi, après deux ans, la propagande martele-t-elle de plus en plus sur le vaccin unique pour tous, en arrivant à de véritables formes de persécution à l’égard de personnes saines, coupables seulement de refuser un traitement médical imposé ? Comment se fait-il qu’après ses années, on compte le plus grand nombre de contaminations parmi les détenteurs du pass sanitaire, puisque les non vaccinés ont été, de fait, empêchés même de vivre et de se déplacer librement ? Où est la logique de toutes ces mesures qui sont politiques et, bien sûr, non sanitaires ?

De fait, aujourd’hui, la politique s’est emparée de la vie biologique. Le fameux code de Nuremberg et le « consentement éclairé » naquirent précisément comme défense de l’individu face à certaines extensions dangereuses du pouvoir politique.

L’histoire nous enseigne que les masses ont toujours cru au dictateur de quart et que l’erreur a duré jusqu’à ce que les nations soient plongées dans l’abîme des guerres et de la spoliation des droits fondamentaux des peuples.

Aujourd’hui, à l’époque numérique, nous vivons une forme inédite de coup d’État déguisé en politique sanitaire, entre des décrets sortis en un court laps de temps et une inoculation perpétuelle érigée en nouvelle forme de foi salvifique. Le tout assailli par la hâte et l’arrogance du Léviathan sanitaire, toujours plus nerveux et toujours plus dévorant les vies de chacun, vaccinés ou non vaccinés, désormais plus “humains”. L’histoire nous apprend que même les sorts se cassent, peu importe le temps que ça prend. C’est une période de vigilance que d’attendre que le rideau tombe sur cette comédie de l’absurde, avec tous ses tristes personnages, et que la Vie qui, malgré toute la violence à laquelle elle se heurte cycliquement, gagne sur tout, alors que cette fausse bonne gouvernance finit par se dévorer elle-même.

 

Texte de Jean-Jacques Crèvecœur

Je suis Jean-Jacques Crèvecœur. Je suis citoyen du Québec depuis dix-huit ans. Et en tant que citoyen résistant :

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir menti à la population, dès le début, en lui faisant croire qu’il n’existait aucun remède contre la covid, alors que les médecins de terrain et la communauté scientifique internationale avaient démontré dès le début l’efficacité de l’hydroxychloroquine, de l’azithromycine, de l’ivermectine, de l’artemisia annua, du zinc, de la vitamine C, de la vitamine D, de l’ozone et bien d’autres… ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé de nous avoir fait croire, malgré toutes les statistiques disponibles, que cette maladie était terriblement mortelle pour l’ensemble de la population, tout cela dans le but de nous imposer des armes bio-terroristes déguisées en vaccins ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir provoqué la mort de plusieurs milliers de personnes âgées dans les CHSLD, les laissant agoniser dans leur urine et leurs excréments, dans la solitude et le désespoir le plus total ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir traumatisé les enfants, les adolescents et les jeunes adultes, en les rendant potentiellement responsables de la mort de leurs parents et de leurs grands-parents ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir vendu notre souveraineté nationale aux mondialistes du forum de Davos, dirigé par Klaus Schwab ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’être les agents serviles des Nations Unies en nous imposant, sans notre consentement, les 17 objectifs de développement durable, objectifs qui signeraient la fin définitive de toute démocratie ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir posé les bases d’un régime totalitaire, pire que ceux de Léline, Staline, Pol Pot, Mao Zedong, Hitler, Mussolini réunis ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir piétiné et violé la charte des droits et libertés du peuple, d’avoir bafoué la constitution et d’avoir confisqué le pouvoir au profit de quelques prédateurs milliardaires ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir détruit l’économie réelle, celles des travailleurs autonomes, celles des petites et moyennes entreprises en décidant de façon totalement arbitraire ce qui était essentiel et ce qui ne l’était pas ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé de manipuler le peuple québécois en utilisant les pires techniques d’ingénierie sociale pour menacer, pour culpabiliser, pour soumettre et pour contraindre les plus fragiles parmi nous ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir endetté le Québec pour de très nombreuses années et d’avoir dilapidé des centaines de millions de dollars pour opérer une propagande médiatique mensongère, pour mettre en place des mesures sanitaires infondées sur le plan scientifique et totalement inefficaces ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir détruit la vie sociale, culturelle, familiale et spirituelle de huit millions et demi de Québécois et de Québécoises ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir instauré un apartheid plus pernicieux que celui d’Afrique du Sud, en créant une classe de citoyens privilégiés parce que soumis à la dictature techno-sanitaire et une classe de sous-citoyens exclus parce que conscients, éveillés et rebelles ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’être responsables des milliers de suicides des enfants et adolescents qui n’espèrent plus aucun avenir prometteur et lumineux, responsables des suicides des entrepreneurs désespérés et ruinés, responsables des suicides des vieux abandonnés à leur solitude ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’être responsables, par leurs mesures politiques insensées et injustifiées, des violences conjugales et des maltraitances des enfants à l’intérieur des familles ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé de soumettre toute la nation québécoise à la troisième phase d’une étude clinique expérimentale concernant des injections pour le moins hasardeuses et dont on ne possède aucun recul à propos des effets secondaires à moyen et long terme ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé de violer le droit du travail et le code de Nüremberg en imposant aux professionnels de différents secteurs la vaccination obligatoire, piétinant ainsi le sacro-saint principe du consentement libre et éclairé en matière de soins de santé ;

— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’hypothéquer la santé et la fertilité des enfants en faisant la promotion d’une vaccination d’autant plus inutile et dangereuse qu’aucun mort n’a été déploré chez les moins de 18 ans en 2020 ;

— J’accuse également les journalistes des médias mainstream d’avoir terrorisé la population en répandant de manière continue les chiffres gonflés et manipulés des soi-disants morts du covid ;

— J’accuse les journalistes des médias mainstream de n’avoir donné la parole qu’à des experts favorables au narratif gouvernemental, rejetant systématiquement tous ceux qui remettaient en doute la thèse officielle ;

— J’accuse les journalistes des médias mainstream d’avoir injurié, ridiculisé, diffamé, caricaturé, non seulement tous les lanceurs d’alerte qui se sont levés contre ce totalitarisme sanitaire, mais aussi tous les citoyens qui refusaient des mesures injustifiables et injustifiées détruisant nos vies et nos familles ;

— J’accuse les journalistes des médias mainstream d’avoir semé les graines de la violence et de la division au sein des familles, des associations, des églises, des entreprises, en qualifiant de conspirationniste et de complotiste toute personne qui cherchait le sens et la vérité au milieu de cette mer de mensonges ;

— J’accuse également les médecins de famille, les médecins spécialistes et les directeurs d’institutions médicales de nous avoir laissé tomber, préférant se taire et encaisser des primes financières plutôt que de défendre le serment d’Hippocrate qu’ils avaient pourtant juré de respecter ;

— J’accuse également les avocats, les juges et les magistrats de nous avoir abandonnés aux mains des psychopathes et des sociopathes qui violaient nos droits et nos libertés et de ne pas nous avoir défendus sous prétextes que nous étions des dangers pour la démocratie ;

— J’accuse également les syndicats d’avoir trahi leurs membres non seulement en se pliant aux injonctions de la CAQ (Coalition Avenir Québec), mais surtout en devenant les promoteurs des mesures iniques et liberticides supposées lutter contre cette pseudo-pandémie ;

— J’accuse enfin l’ensemble du personnel politique, les députés et les élus municipaux de s’être couchés devant la prise de pouvoir et le coup d’état perpétré par Messieurs Legault, Arruda et Dubé, laissant à ces derniers le libre exercice de l’abus de pouvoir caractérisé ;

— Pour toutes ces raisons, en tant que citoyen résistant du Québec, j’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé, les journalistes des médias mainstream, les médecins, les avocats, les magistrats, les juges, les syndicats, le personnel politique et tous leurs collaborateurs de haute trahison à l’égard de notre nation et de complicité de crime contre l’humanité.

J’appelle les citoyens à mettre un coup d’arrêt à l’instauration de ce régime totalitaire tourné contre l’ensemble de la nation québécoise.

Pour toutes ces raisons, j’appelle les citoyens québécois conscients et courageux à rejoindre ce mouvement de résistance global et déterminé…

source : https://soleilverseau.com

Afin d’enrayer le processus de vaccination en masse des enfants en bonne santé, 15 000 médecins et scientifiques dans le monde ont conjointement signé une déclaration visant à marquer leur opposition à une mesure qui ne repose selon eux sur aucune donnée scientifique. C’est pourquoi, lors d’un meeting en ligne organisé ce 12 décembre par le Global Covid Summit et the Unity Project, le Dr Robert Malone, inventeur de la technologie ARNm, s’est exprimé en leur nom collectif dans l’optique de mettre en garde les parents au sujet de l’irréversibilité à vie des dommages que pourrait engendrer leur vaccination :

Traduit et sous-titré en français par covid-ivermectine.ch


Transcription de la déclaration du Dr Malone :

Je m’appelle Robert Malone. Je suis un médecin et scientifique, mais plus important encore, je suis père et grand-père. Je n’ai pas l’habitude de lire un discours préparé, mais ce sujet est si important que je voulais m’assurer que chaque mot et chaque fait scientifique soient exacts.

Je m’en tiens à cette déclaration, car j’ai consacré ma carrière à la recherche et au développement de vaccins. Je suis vacciné contre le Covid et je suis généralement pro-vaccination. J’ai consacré toute ma carrière au développement de moyens sûrs et efficaces pour prévenir et traiter les maladies infectieuses. Voilà mon message :

Avant de faire injecter votre enfant – une décision qui est irréversible – je voulais vous faire connaître les faits scientifiques concernant ce vaccin génétique, qui est basé sur la technologie du vaccin ARNm que j’ai créée.

Il y a trois points essentiels que les parents doivent comprendre avant de prendre cette décision irrévocable.

Le premier est qu’un gène viral sera injecté dans les cellules de votre enfant. Ce gène oblige l’organisme de votre enfant à fabriquer des protéines de pointe toxiques. Ces protéines provoquent souvent des dommages permanents dans les organes critiques des enfants. Ces organes comprennent leur cerveau et leur système nerveux, leur cœur et leurs vaisseaux sanguins, y compris des caillots sanguins, le système reproducteur. Et le plus important : ce vaccin peut déclencher des changements fondamentaux dans leur système immunitaire.

Le point le plus alarmant à ce sujet est qu’une fois que ces dommages ont eu lieu, ils sont irréparables. Ils ne peuvent pas être inversés. Vous ne pouvez pas réparer les lésions à l’intérieur de leur cerveau. Vous ne pouvez pas réparer les cicatrices du tissu cardiaque. Vous ne pouvez pas réparer un système immunitaire génétiquement réinitialisé, et ce vaccin peut causer des dommages du système reproducteur qui pourraient affecter les générations futures de votre famille.

La deuxième chose que vous devez savoir est le fait que cette nouvelle technologie n’a pas été testée de manière adéquate. Nous avons besoin d’au moins 5 ans de tests et de recherches avant que nous puissions réellement comprendre les risques associés à cette nouvelle technologie. Les effets néfastes et les risques des nouveaux médicaments sont souvent révélés des années plus tard seulement. Posez-vous s’il vous plaît, en tant que parent, cette question : voulez-vous que votre propre enfant fasse partie de l’expérience la plus radicale de l’histoire de l’humanité ?

Un dernier point : la raison qu’ils vous donnent pour vacciner votre enfant est un mensonge. Vos enfants ne représentent aucun danger pour leurs parents ou leurs grands-parents. C’est en fait le contraire. Leur immunité, après avoir reçu le Covid, est essentielle pour sauver votre famille, voire le monde, de cette maladie.

Enfin, en résumé, il n’y a aucun avantage pour vos enfants ou votre famille à les vacciner contre le faible risque du virus, compte tenu des risques sanitaires connus du vaccin avec lesquels, en tant que parent, vous et vos enfants devrez peut-être vivre pour le reste de la vie.

L’analyse bénéfice-risque n’est absolument pas favorable à ces vaccins s’agissant des enfants. En tant que parent et grand-parent, je vous recommande vivement de résister et de vous battre pour protéger vos enfants.

Nous l’avions déjà reçu au cours d’un précédent debriefing cet été durant lequel il a évoqué sa carrière de scientifique, l’histoire de l’invention de cette technologie ARNm, l’échec de la vaccination de masse, le risque associé à la vaccination, et les traitements alternatifs contre le Covid-19.

Auteur(s): FranceSoir

« La vague de l’exaspération » Martin Blachier

on 15 décembre 2021 in Politiques, Société 1 Comment »

Martine Wonner a eu un « entretien » avec un « journaliste » de France Info le 22 novembre 2021

on 14 décembre 2021 in Politiques, Société No Comments »


Au regard du manque d’honnêteté intellectuelle de cette interview, il paraissait important de proposer un décryptage car beaucoup de messages sont cachés derrières les mots et les images donnés à voir.
Il est regrettable que le débat autour de cette crise politique et sanitaire ne puisse être que caricatural.
Bon visionnage !